Lorraine Mangeot – “Je suis très fière de ma maman”

Quel meilleur jour que celui de la fête des mères pour laisser la parole à Lorraine Mangeot, fille d’Isabelle Mangeot, du domaine Régina, élue vigneronne de l’année par le fameux guide Hachette

Après sa nomination par le célébre guide, nous avons eu le plaisir de parler vins avec Isabelle et sa fille Lorraine pour le magazine Vin.s

Quel est ton parcours scolaire ?

J’ai fait un bac ES donc Économique et social que j’ai eu en 2020. Maintenant, je suis en première année d’un DUT Gestion des entreprises et des administrations. Je vois tout ce qui est gestion d’entreprise, comptabilité et je pense me spécialiser en GMO donc en gestion et management des organisation.

Pour à terme travailler dans le domaine ?

C’est mon but premier. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai pris cette formation parce que c’est ce qui convenait le plus avec mon futur rôle de chef d’entreprise. Je trouvais que le DUT Gestion des entreprises et administrations englobait vraiment toutes les facettes du chef d’entreprise.

Quel est ton vin préféré du domaine ?

Mon vin préféré j’hésite un peu parce que j’ai toujours été plus rouge mais j’aime beaucoup les blancs. Je dirais plutôt un blanc, que je pourrais boire quasiment toute l’année quand je mange. Ce serait la cuvée du Bâtisseur en Auxerrois parce que c’est une histoire très particulière du domaine. Cela me rappelle beaucoup mon papa donc ce serait celui-là !

Ta plus grande fierté ?

Ma plus grande fierté c’est ma maman. Je suis très fière d’elle et de son parcours. Je trouve qu’elle a fait beaucoup de choses très courageuses après le décès de mon papa. Je ne m’en suis pas rendu compte tout de suite honnêtement parce que j’étais peut-être un peu jeune. Mais c’est en prenant du recul sur la situation, de voir ce qu’elle a pu entreprendre après le décès de papa et comment elle a évolué, tous les titres qu’elle a eus comme meilleur vigneronne de l’année. C’est une très grande fierté ! Je suis très fière de mes parents parce que tout quitter du jour au lendemain pour créer une entreprise je trouve cela très courageux et je ne suis pas sûre que tout le monde ait le courage de le faire sans formation initiale.

Comment ça se passe l’enfance dans un domaine ?

Je n’ai pas forcément beaucoup de souvenirs de ma petite enfance, on me raconte beaucoup d’anecdotes. Comme le fait que pendant les vendanges, j’allais dans les chariots j’allais voir les vendangeurs et après en grandissant je suivais beaucoup mon papa. Je l’aidais surtout pendant les vendanges ou quand il y avait besoin de faire des mises en bouteilles. J’ai été beaucoup plus impliquée après sa mort, c’était compliqué de voir ma maman faire deux métiers en un, du coup je me suis permise d’être un peu plus présente avec les clients par exemple.

C’est une ambiance qui change de tes études…

C’est gratifiant parce que l’on voit beaucoup de belles choses comme les récompenses par exemple. Je suis aussi allé au salon de l’Agriculture en tant qu’exposant, j’ai adoré et c’est vraiment des opportunités que j’ai eu grâce au domaine.

La récompense dont tu es la plus fière ?

La récompense obtenue par ma maman en tant que vigneronne de l’année, être reconnue comme ça c’est incroyable !

 

Photos utilisées avec l’aimable autorisation d’Alex Marchi.